Janvier 2020, on démarre mon [gros] projet [ambitieux] 2020

[étude de cas]

Un exemple gourmand #miam

THÈME : Programme d’événement Culturel

EXEMPLE : « Gastrotour », événement gastronomique annuel de la ville de Salou (CAT, Espagne).
Chaque année les restaurateurs de la ville participent à un concours de tapas… Chaque établissement propose 1 tapa différente, et le Public peut élire sa Tapa préférée.

La mairie met à disposition des petits livrets papiers (14 x 14 cm) en couleur, permettant de présenter :

  • la liste des restaurateurs participants
  • la tapa proposée par chacun
  • où se trouve l’établissement (adresse + visualisation sur une carte)

Pour le Public, les tapas sont proposées à un prix unique de 2,50 € (1 tapa + 1 boisson).
A chaque établissement on peut faire valider la dégustation par un tampon, et avec 10 tampons on peut participer à un tirage au sort.

A la fin de l’événement d’une dizaine de jours,

  • 1 restaurateur est nommé « meilleure tapa »,
  • et 1 personne gagne un lot (généralement 1 repas chez le restaurateur gagnant).

Pourquoi cet exemple ? Déjà parce que c’est événement auquel je participe régulièrement, et avec bonheur #miam #gourmande.
Mais aussi avec un peu de frustration… un détail (vue « public » #expérienceUtilisateur) me titille chaque année, et ça fait longtemps que je voulais en faire un exercice pratique !

Et hop, ça nous amène au chapitre suivant : mon expérience utilisateur #transitionFacile

Mon « expérience utilisateur »

J’aime :

  • Le livret est petit, donc pratique à transporter
  • Les couleurs sont toujours dynamique et gourmandes, pour un événement festif et de printemps, c’est chouette : ça sent bon les beaux jours

J’aime pas :

  • le papier glacé… ça me donne toujours un a priori pas du tout écolo (est-ce bien niveau fabrication ? et est-ce que ça se recycle bien ?)
  • THE gros point noir (ou mieux dit : « EL punto negro ») = la recherche par carte… c’est MA difficulté chaque année. On est dans la rue, on se balade, et mangerait bien un petit bout… alors on regarde sur la carte les tapas dans le coin : chouette, on trouve facilement al liste des restaurateurs autour de nous (visuellement sur la carte).
    • Difficulté numéro 1 : il vaut mieux connaitre un peu Salou, pour savoir se repérer géographiquement, car la carte n’indique aucun nom de rue…
    • Difficulté numéro 2 : les restaurateurs sont numérotés (référence aux pages où trouver le nom + le détail de la tapa) par ordre alphabétique des noms des établissements. Donc par exemple, si on est à la Torre Vella, on trouve qu’autour de nous on a les établissements 57, 40, et 10… et c’est là qu’on commence à jongler entre les pages (heureusement j’ai des grandes mains avec des longs doigts !). Et encore, Torre Vella c’est facile… mais si on est en centre-ville on doit jongler entre 5 ou 7 établissements minimum #aïe

[cas pratique]

Si je devais traiter ce projet…

J’aime bien travailler mes projets sous différents angles, pour prendre en compte le support dans sa globalité (et pas juste sa finalité « commerciale »).

  • Optimiser l’utilisation #ExpérienceUtilisateur (vue « public » / « lecteur »)
  • Optimiser la maintenance (vue « organisateur » / « rédacteur »)
  • Optimiser l’impact environnemental

Il y a donc toute une phase de réflexion, sur tous les aspects du supports (et en gardant à l’esprit les 3 « points de vue » précédents) :

  • le choix du format :
    • le papier est-il la bonne option ? ou faut-il envisager du digital ?
    • taille 14×14 cm est-elle la meilleure option pour la version papier ?
    • quel type de papier ? quel type d’impression ? quel mode de fabrication ?
  • la hiérarchisation de l’information :
    • comment faciliter la recherche géographique, quand on cherche par rapport à la position de l’utilisateur ?
    • comment faciliter la recherche alphabétique, quand on cherche un restaurateur en particulier ?
    • comment peut-être faciliter la recherche par ingrédient ou type d’ingrédient, si on voulait rechercher un type en particulier (ou un profil type végétarien / faible calorie / …)
  • la structuration du support:
    • comment faciliter la mise à jour du contenu du support ? (correction)
    • comment faciliter l’évolution du support ? (durabilité les années suivantes)
    • comment automatiser au maximum les mises à jour ? (pour gagner du temps / de l’énergie, et éviter au maximum les erreurs / pétouilles)

Hiérarchisation de l’information

Dans les yeux de l’utilisateur : comment va-t-il rechercher l’information ?

Voila la question à garder à l’esprit

RECHERCHE PAR LOCALISATION
=> je suis à un endroit, dis-moi qui est dans le coin ?

Organiser le contenu non pas par ordre alphabétique, mais par ordre de localisation :

  • numéroter sur la carte par ordre géographique (le mieux qu’on puisse) ;
  • et pourquoi pas reprendre une petite carte, au moins du quartier, sur chaque page restaurateur (pour confirmer la localisation, quand on est entre 2 zones de forte concentration).
RECHERCHE PAR NOM
=> je connais un restaurant, dis-moi ce qu’il propose ?

Avoir un index par ordre alphabétique, pour retrouver le restaurant qu’on cherche (puisque les restaurateurs ne sont plus organisés par ordre alphabétique à l’intérieur de la brochure)

RECHERCHE PAR INGRÉDIENT / RÉGIME
=> je suis végétarien, dis-moi où je peux manger ?

Ajouter une visualisation rapide, pour chaque restaurateur, des régimes « spéciaux » : végé / gluten free / lactose / …

+ Avoir un index pour chacun de ces régimes

Choix du format

C’est une question qu’il faut se poser avant, of course. Mais pour les besoins du cas pratique je suis passée par dessus 😜

VERSION PAPIER
Oui !

Le papier est particulièrement adapté à l’usage nécessaire.
Alors inutile de vouloir tout digitaliser pour digitaliser !

On gardera par contre à l’esprit, de travailler sur :

  • LE FORMAT
    • pratique pour l’utilisateur = qu’il reste pratique à manipuler et à trimbaler partout
    • économe à la fabrication = en optimisant la taille finale par rapport aux standards pour avoir le moins de perte possible en découpe à l’imprimerie
  • LES MATÉRIAUX
    • le type de papier = prioritairement PEFC (c’est à dire qu’on garanti la gestion durable des forêt), accessoirement recyclé (mais ça n’est pas systématique : il faut toujours une part de papier non recyclé pour produire du papier recycler) ET pensez à l’aspect psychologique aussi : indiquer clairement et simplement à l’utilisateur ce qu’il doit faire de ce support en fin de vie (recycler, où et comment)
    • le mode d’assemblage = pour favoriser le recyclage (donc attention aux agrafes, etc… qui pourraient gêner la réinsertion dans la boucle)
VERSION DIGITALE
=> en partie aussi, pourquoi pas

Le digital n’est pas primordial (la preuve, on s’en passe jusqu’à présent)
Mais si on voulait en ajouter une touche… pourquoi pas, pour faciliter notamment la recherche « autour de soi » quand on se balade dans la rue.

Et l’identité visuelle ?

Et oui, là on est resté sur l’identité existante… mais on peut très bien imaginer une petite modernisation (tout en restant dans l’identité).

Structure du support

J’entends par là la façon dont on va le concevoir, techniquement… pour optimiser sa maintenance (pensez que c’est événement annuel, chaque année on prend les mêmes et on recommence !).

On va donc travailler pour :

  • avoir d’un côté la partie gabarit / maquette => le contenant
  • et d’un autre côté la gestion des textes => le contenu

Comme ça on peut faire évoluer l’un indépendamment de l’autre (ce qui tombe bien, puisque généralement ce ne sont pas les mêmes peronnes / services qui gèrent ces différents points). Puis automatiser la fusion 🤗

facilisis dictum Praesent felis neque. Donec